Javier de Riba, Des azulejos pour les friches

pochoir azulejos floor javier de riba peinture au sol azulejos d'un squatte parck abandonné javier de riba street artiste peint azulejos

Le dessinateur, street artiste espagnol Javier de Riba reproduit des patterns « d’azuleros » en faïence anciens.

C’est armé de bombes de couleur et de pochoirs qu’il remet au gout du jour la tradition ancestrale portugaise et espagnole de l’azulejos, dans un style géométrique et vintage. (un azulejos désigne en Espagne et au Portugal un carreau ou un ensemble de carreaux de faïence décorés). Ces peintures urbaines apportent vie aux sols de lieux abandonnés et donnent de la noblesse là où elle avait disparu !

« Tout d’abord, je cherche des lieux et je prends des mesures. Je m’attaque ensuite au pochoir. Parfois, ça peut me prendre plusieurs jours, chaque jour je peins une couleur. Il m’arrive aussi de tout enchaîner en une journée, cela dépend vraiment de l’endroit ou je peins. Pour la plus grande réalisation, j’ai passé 8 heures à peindre avec des genouillères.

Ella & Pitr… une histoire de famille!

ella pitr sur le blog des vertes et des murmures (2) ella pitr sur le blog des vertes et des murmures (3) ella pitr sur le blog des vertes et des murmures (1)

Ella & Pitr c’est deux street-artistes français qui travaillent ensemble à 4 mains, tant et si bien qu’il ne savent plus qui a fait quoi… « Papier peintre » c’est le nom qui désigne ce couple, ce duo, ce tandem qui laisse sur leur passage de gigantesques peintures : Des ensommeillés, des personnages étranges, des cambrioleurs, et des cailloux (des gros cailloux)…

Leur famille imaginaire nous raconte des histoires inspirées par le quotidien, et devient des témoins privilégiés, silencieux et éphémères de la ville qui nous entourent…

Mes préférés: la série des cailloux et celle des endormies… et vous?

Julien de Casabianca, hors les murs

Julien de Casabianca sort les peinture hors les musées. sur des vertes et des murmures blog'sJulien de Casabianca sort les peinture hors les musées. sur des vertes et des murmures blog's  Julien de Casabianca sort les peinture hors les musées. sur des vertes et des murmures blog's

L’artiste Julien de Casabianca a eut l’idée de « sortir » des personnages trouvés dans des toiles de maîtres, pour les amener dans la rue, après une visite au Louvre, où il se rendit compte qu’il est impossible de porter la même attention à tous les tableaux. De cette manière l’image serait potentiellement vue par des centaines, voire des milliers d’autres personnes.

« Nous ne voulons pas que les gens se sentent ignorants. Ils ont juste à penser que [l’œuvre] est ancienne et décalée, ils ont juste à être touché par l’émotion, par l’esthétique, par l’art ».

Depuis le premier partage, les gens d’au moins 18 villes ont participé au projet « Outings project« en photographiant, en imprimant et en collant des portraits, pour leur donner une nouvelle vie, une nouvelle dimension.

Participerez-vous ?

Millo, enchevêtré dans la ville

fresque du street artiste milofresque du street artiste milo fresque du street artiste milo

Le street-artiste italien Millo (Francesco Camillo Giorgino) peint de gigantesques fresques sur les murs du monde (ici à Turin). Ses peintures représentent des personnages enfantins qui interagissent avec une ville dense et enchevêtré…

À travers la relation entre l’être humain et immensité de la ville qui l’entoure, il aborde avant tout l’intime et l’univers de chacun au milieu de celle-ci…

De quoi se demander quel est notre propre place comme individu dans le monde qui nous entoure…?

Ben Wilson, collé au sol

Aujourd’hui je fais le portrait d’un street artiste pas comme les autres: Ben Wilson… Cet artiste anglais peint sur des toiles un peu spéciales: les chewing-gums collés au sol!

Devenu connu dans le quartier les passants lui demandent de peindre un message pour eux… chose qu’il fait avec délectation et passion…

Il dit  » La beauté de ces peintures, certains la voient, d’autre non… »

La voyez vous?

NeSpoon, la maille urbaine…

NeSpoon-bitume NeSpoon-portail NeSpoon-Arbre

L’artiste polonaise NeSpoon s’inspire de la dentelle traditionnelle de son pays, qu’elle réinterprète avec des matériaux tels que la céramique, le plâtre, la terre cuite ou le crochet. Elle met en lumière des endroits détérioré par le temps, en comblant un trottoir abîmé, en réparant un arbre écorché, où en habillant une porte rouillée…

Zoo project, c’etait assez bien d’être fou…

zoo-project-tunis zoo-project-camp-choucha-gp2 zooproject-1

Le street-artiste français Bilal Berreni, connu sous le nom de Zoo Project expliquait vouloir représenter « la détresse de ceux qui ne sont plus considérés et traités comme des humains, parqués dans des non-lieux. » en faisant les portraits des victimes de la révolution tunisienne, ou de ceux d’un camp de réfugiés à la frontière libyenne…
(si je parle au passé c’est que son corps à été identifié il y a quelques semaines après être resté 8 mois à la morgue de Detroit, mort dans d’étrange circonstance avec une balle dans la tête…) son papa dira justement: « c’etait un être éveillé, qui n’a fait aucune concession avec la société« .

Vhils, poesie visuelle frappante

Artiste portugais Alexandre Farto (1987 ) a été en interaction visuelle avec l’environnement urbain sous le nom de Vhils en tant que graffeur prolifique dans les années 2000.
Sa technique de sculpture révolutionnaire est l’une des plus approches les plus convaincantes du street art de la dernière décennie.
Cette forme de poésie visuelle, brutale et complexe parle des émotions humaines,  et met en valeur la dimension sombre qui se cache derrière le modèle actuel d’urbanisme.