Zoo project, c’etait assez bien d’être fou…

zoo-project-tunis zoo-project-camp-choucha-gp2 zooproject-1

Le street-artiste français Bilal Berreni, connu sous le nom de Zoo Project expliquait vouloir représenter « la détresse de ceux qui ne sont plus considérés et traités comme des humains, parqués dans des non-lieux. » en faisant les portraits des victimes de la révolution tunisienne, ou de ceux d’un camp de réfugiés à la frontière libyenne…
(si je parle au passé c’est que son corps à été identifié il y a quelques semaines après être resté 8 mois à la morgue de Detroit, mort dans d’étrange circonstance avec une balle dans la tête…) son papa dira justement: « c’etait un être éveillé, qui n’a fait aucune concession avec la société« .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *